Chère coach

Chère Coach,
Voici 2 modèles sur une situation sur laquelle j’aimerais avoir votre point de vue.
C. Problèmatique court terme à résoudre. 2 solutions sont proposées, la A (provenant de moi), et la B(provenant d’une collègue). J’écris une fiche résumé bénéfice/risque de chacune des solutions. Mon responsable me dit « ce que tu écris est orienté contre la solution B ».
P. Il s’est encore fait manipuler par la collègue
E. Colère
A. Je le juge, je juge ma collègue, je ressasse, je cherche des preuves qu’elle a manipulé mon chef, je recherche dans les normes ce que disent les best practices
R. Je ramène la discussion dans le domaine objectif

C. Problèmatique court terme à résoudre. 2 solutions sont proposées, la A (provenant de moi), et la B(provenant d’une collègue). J’écris une fiche résumé bénéfice/risque de chacune des solutions. Mon responsable me dit « ce que tu écris est orienté contre la solution B ».
P. Il ne regarde pas les faits objectivement
E. Deboussolée
A. Je me justifie de regarder les faits objectivement, je lui dis « au contraire je veux ramener l’échange sur des bases factuelles », je le juge, je ressasse, je me bloque, je me braque
R. Je m’éloigne de mon responsable.

C. Problèmatique court terme à résoudre. 2 solutions sont proposées, la A (provenant de moi), et la B(provenant d’une collègue). J’écris une fiche résumé bénéfice/risque de chacune des solutions. Mon responsable me dit « ce que tu écris est orienté contre la solution B ».
P. Il ne me fait pas confiance
E. Abattue
A. Je pleure, je le juge, je ressasse, je bloque sur la situation, je ressens une boule dans le ventre
R. Je ne lui fait pas confiance

Ma problématique : aujourd’hui je juge mon chef de ne pas être objectif, et de s’appuyer sur les dires des autres à mon sujet, et cela me fait beaucoup de peine.
Auriez-vous une approche pour m’aider à cheminer ?
Je vous remercie.

Réponse

Lorsque votre chef vous dit « ce que tu écris est orienté contre la solution B » et que vous en tirez des conclusions sur lui, et sur la confiance qu’il vous porte, remarquez comme cette circonstance n’est plus très objective pour vous. Comme vous l’avez justement identifié, les mots prononcés par votre chef sont votre circonstance, et elle est neutre. Vous avez le choix d’en penser ce que vous voulez.

Pour vous aider à ouvrir vos perspectives, je vous encourage à vous demander : et si j’avais tort de penser qu’il ne me faisait pas confiance ? Et si je me trompais sur lui quand je pense qu’il ne regarde pas les faits objectivement ? Ces questions orienteront votre cerveau vers des pensées qui vous aideront à cheminer dans une autre direction que celle que votre cerveau cherche à vous faire prendre par défaut.