Chère coach

Bonjour,
Quand je suis dans une soirée, je me sens extrêmement mal à l’aise à l’idée de danser. Ce n’est pas que je n’aime pas ça, au contraire. Mais depuis toujours, je suis persuadée de ne pas savoir danser (c’est une pensée, en réalité je ne suis ni bonne danseuse ni mauvaise danseuse, je crois), et totalement paralysée par le jugement des autres (qui est tout à fait imaginé… jamais personne ne m’a fait une remarque, ni positive ni négative). C’est au point que même quand je danse seule chez moi, je me sens ridicule, et souvent je ferme les yeux pour me centrer sur la musique et pas sur mes propres pensées à mon sujet (du type « tu es ridicule, tu ne sais pas danser, tu es nulle », etc.).
J’aimerais vraiment beaucoup être capable de profiter des soirées où j’ai l’occasion de danser sans me prendre la tête, sans me sentir jugée, sans être paralysée, et juste profiter de l’instant et de la musique. Pour le moment, ça me paraît 100% inaccessible, et les pensées intentionnelles que j’imagine sont insuffisantes pour me permettre de dépasser ma peur.
Auriez-vous des pistes pour m’aider svp ? Merci !

Modèles par défaut :

C : En soirée, les gens se mettent à danser
P : Je ne sais pas danser
E : Peur
A : je bouge à peine et j’arrête dès que je peux, ou je ne danse pas du tout et je regarde les autres danser, je suis paralysée par le jugement que j’imagine dans la tête des autres, quand je danse je suis fermée aux autres (je danse « seule » et pas en interaction avec mes voisins)
R : je finis par danser « pour de vrai » 2h après tout le monde, une fois désinhibée par quelques verres d’alcool

C : En soirée, les gens se mettent à danser
P :
Tout le monde me regarde et me trouve ridicule
Les autres voient que je suis mal à l’aise
E : Honte
A : je bouge à peine et j’arrête dès que je peux, ou je ne danse pas du tout et je regarde les autres danser, je suis paralysée par le jugement que j’imagine dans la tête des autres, quand je danse je suis fermée aux autres (je danse « seule » et pas en interaction avec mes voisins)
R : je finis par danser « pour de vrai » 2h après tout le monde, une fois désinhibée par quelques verres d’alcool

C : En soirée, les gens se mettent à danser
P : Tous les regards sont braqués sur moi et me jugent
E : Pression
A : je bouge à peine et j’arrête dès que je peux, ou je ne danse pas du tout et je regarde les autres danser, je suis paralysée par le jugement que j’imagine dans la tête des autres, quand je danse je suis fermée aux autres (je danse « seule » et pas en interaction avec mes voisins)
R : je finis par danser « pour de vrai » 2h après tout le monde, une fois désinhibée par quelques verres d’alcool

C : En soirée, les gens se mettent à danser
P : Je ne sais pas quoi faire de mes bras
E : Malaise
A : je bouge à peine et j’arrête dès que je peux, ou je ne danse pas du tout et je regarde les autres danser, je suis paralysée par le jugement que j’imagine dans la tête des autres, quand je danse je suis fermée aux autres (je danse « seule » et pas en interaction avec mes voisins)
R : je finis par danser « pour de vrai » 2h après tout le monde, une fois désinhibée par quelques verres d’alcool

C : En soirée, les gens se mettent à danser
P : Les autres ont l’air si “cool”, ils ont l’air de s’éclater, d’aimer ça, et de n’en avoir rien à faire de ce qu’on pense d’eux
E : Inadaptée
A : je bouge à peine et j’arrête dès que je peux, ou je ne danse pas du tout et je regarde les autres danser, je suis paralysée par le jugement que j’imagine dans la tête des autres, quand je danse je suis fermée aux autres (je danse « seule » et pas en interaction avec mes voisins)
R : je finis par danser « pour de vrai » 2h après tout le monde, une fois désinhibée par quelques verres d’alcool

Modèle intentionnel :
(Ces pensées sont les seules que j’ai trouvées et elles me sont complètement inaccessibles, elles ne changent pas les émotions que je ressens… D’ailleurs même quand je suis seule chez moi à danser je me sens mal à l’aise, même mon propre jugement me met mal à l’aise…)

C : En soirée, les gens se mettent à danser
P1 : Je choisis de me centrer sur la musique et pas sur les autres
P2 : J’ai envie d’être quelqu’un qui profite de l’instant sans prendre garde au regard des autres
E :
A :
R :

Réponse

Bonjour,

La honte, la peur, la pression que vous créez pour vous lorsque vous cultivez ces pensées, sont des émotions qui, effectivement, vous poussent à vous cacher, à vous mettre en retrait, à vous déconnecter de vous, du moment, et des autres. Les modèles par défaut que vous déroulez sont donc tout à fait compréhensibles et logiques.

Et si toutes ces émotions n’étaient pas un problème, mais demandaient simplement à être accueillies ?

À quoi est-ce que ça ressemblerait pour vous de créer, dans cette situation, un espace pour accueillir votre ressenti émotionnel, en vous rappelant qu’il ne dit rien de vous et qu’il est créé par vos pensées ? À quoi est-ce que ça ressemblerait pour vous de vous connecter, dans cette situation, à ce qui est vrai pour vous ? À quoi est-ce que ça ressemblerait pour vous de ne plus avoir peur de ressentir ces émotions, parce que vous avez appris à les connaître, parce que vous savez qu’elles sont créées par vos pensées, parce que vous savez qu’elles sont simplement une vibration dans votre corps ? À quoi est-ce que ça ressemblerait pour vous de les laisser être là, flotter, vous traverser, danser avec vous ?

Vous pouvez apprendre à accueillir ces émotions afin qu’elles ne soient plus un obstacle à ce que vous avez prévu de faire de votre soirée. Je vous invite à pratiquer régulièrement cet accueil, par exemple à l’aide de la méditation guidée par Clotilde qui se trouve dans la Thématique Apprivoisez vos émotions du programme ou dans la rubrique des Fondamentaux. Vous pouvez également utiliser l’EFT (autrement appelé « tapping »), dont la méthode est présentée dans l’épisode (124) Le Tapping, technique de libération émotionnelle du podcast Change ma vie. Vous retrouverez les explications de Clotilde à propos de l’EFT et de sa mise en pratique dans la Thématique Apprivoisez vos émotions du programme.